Achèteriez-vous une voiture électrique aujourd’hui ? Les voitures fonctionnant uniquement à l’aide de batteries sont chères à l’achat et il n’existe actuellement pratiquement pas de points de recharge dans les espaces publics. L’autonomie des voitures électriques est également loin d’être celle d’un moteur à combustion normal. À l’heure actuelle, il serait impossible de s’adapter aux inconvénients d’une voiture électrique, surtout pour les conducteurs qui parcourent de longues distances ou qui sont pressés. La mobilité électrique, une utopie ? Dans les villes telles que nous les connaissons aujourd’hui, oui. Mais les nouvelles possibilités de la mobilité électrique vont aussi changer nos villes. Nous ne devons pas nous contenter de regarder les difficultés, mais voir les nouvelles possibilités offertes par les véhicules électriques.

Mobilité urbaine : rouler mieux avec l’électricité

Les voitures électriques offrent d’énormes avantages ! Certaines voitures électriques modernes sont déjà techniquement plus efficaces que les véhicules à essence. En termes d’accélération ou d’entretien, par exemple, les véhicules électriques surpassent facilement les voitures à essence classiques. Le coût du carburant est également nettement inférieur à celui d’un moteur à combustion classique. Par exemple, un réservoir d’électricité pour 100 km coûte 1 à 5 euros, ce qui est nettement moins que l’essence ou le diesel. Si la voiture est également alimentée par de l’électricité provenant de sources renouvelables, il est également possible de rouler sans émissions.

En outre, les véhicules électriques résolvent de nombreux problèmes causés dans les villes par les véhicules à essence classiques, car ils ne produisent ni bruit ni gaz d’échappement. Aujourd’hui, en particulier dans les agglomérations, le besoin de mobilité des personnes et des biens se heurte à la « ville espace vital » et à la santé de ses habitants. L’électromobilité pourrait contribuer à résoudre ce conflit d’objectifs et améliorer sensiblement la qualité de vie dans les villes. Ces caractéristiques font des voitures électriques les phares de l’espoir pour les concepts de mobilité urbaine.

Les contours de la ville du futur

L’électromobilité n’est pas une utopie, mais simplement un défi pour l’urbanisme du futur. Comme pour toutes les nouvelles technologies, certains obstacles initiaux doivent être surmontés. Par exemple, seule une infrastructure appropriée persuadera les automobilistes de passer à la voiture électrique : ce n’est que lorsqu’un réseau de recharge public offrira aux citoyens le même confort que les stations-service actuelles qu’ils penseront à acheter un véhicule électrique. En outre, des modèles commerciaux et des concepts de mobilité innovants sont nécessaires pour non seulement promouvoir les véhicules, mais aussi pour que les véhicules électriques puissent réellement exploiter leurs avantages particuliers. La ville du futur et la façon dont nous nous déplacerons dans les villes à l’avenir sont donc mutuellement dépendantes.

Comment la vision peut devenir réalité ?

Rejoignez à l’événement « Electromobile City » le 21 janvier 2010 au nouveau parc des expositions de Stuttgart pour discuter des possibilités et des exigences du « design urbain électromobile ».

Des représentants de haut niveau de l’industrie et de la recherche, tels que Chris Bangle (Chris Bangle Associates S.R.L.), Dr. Michael Borgmann (Pricewaterhouse Coopers), Prof. Dr. Ulrich Buller (Fraunhofer-Gesellschaft), Hellmuth Frey (EnBW), Prof. Dr Meinhard von Gerkan (gmp Architekten), Prof. Dr Andreas Knie (DB Rent GmbH), Prof. Dr Herbert Kohler (Daimler AG), Günther Leßnerkraus (Ministère de l’économie du Bade-Wurtemberg), Marco Piffaretti (Protoscar SA) et Dr.Ing. Bernd Pischetsrieder (acatech e.V.), Prof. Dr.-Ing. Dr.-Ing. e.h. Dieter Spath donneront des impulsions importantes pour la symbiose entre l’électromobilité et la ville. L’événement sera accompagné d’une exposition commerciale.

L’événement s’adresse aux entreprises de l’industrie automobile à tous les stades de la chaîne de valeur, aux représentants des villes et des municipalités, aux services publics municipaux, aux fournisseurs d’énergie, aux urbanistes et aux architectes.